Un Asilidé

Échelle du sujet : 5 cm

Description

Espèce indéterminée. Classe des Insectes. Ordre des Diptères. Famille : Asilidae. Photographie prise le 6 août 2008.

Les asilidés sont des mouches prédatrices
A voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Asilidae

Tags de l’auteur

61/61
3/61

Vos commentaires

  • Le 26 mai 2012 à 00:19, par Plimdizus

    Pardon, mais qu’utilises tu comme objectif ? Merci

  • Le 26 mai 2012 à 07:09, par Yannick

    Pour la quasi totalité des photos, je n’utilise pas de reflex. J’utilise un bridge, un panasonic lumix DMC-FZ18. Il commence à dater un peu (je l’ai acheté en 2006 ou 2007) et le jour où il me lâchera, je serai d’une très grande tristesse.

    Pour les premières photos, je ne travaillais qu’avec le bridge (c’est le cas de cette photo). Le mode macro de cet appareil est assez bluffant. Cependant, le premier inconvénient est que la bestiole ciblée soit être assez imposante (une taille minimale de 1 cm). Le deuxième est que tu dois être quasiment au contact de l’insecte ou de l’araignée. Mais j’aime beaucoup cette façon de faire de la photo et je trouve ça assez jouissif d’arriver à shooter une grosse libellule alors que l’objectif de l’appareil est seulement à 3 cm de la bestiole. Mais, quand je fais de la macro, je peux y passer en temps fou. De plus, en travaillant, très près des insectes et autres, tu observes bien mieux leur comportement. En les étudiant, tu adaptes forcément ton attitude. Par exemple, j’ai remarqué que les libellulidées sont très territoriales et ont tendance à se poser pratiquement toujours au même endroit. En étant patient, calme, et en me rapprochant petit-à-petit des endroits où elles se posent, j’ai obtenu des photos que je n’aurai jamais pu imaginer de faire il y a quelques temps.

    Par la suite, j’ai équipé mon bridge d’une bonnette macro (une Raynox DCR-250), que tu clipses sur la bague du par-soleil fournie avec l’appareil. Cette lentille fonctionne comme une loupe (je n’ai pas les rapports de grossissement en tête) et donc la distance minimale de mise au point est augmentée. De 5 à 10 cm seulement, mais ça suffit pour rendre les bestioles un peu moins craintives. Cependant la mise au point n’est plus automatique ce qui rend la photo un peu plus compliquée. Mais après quelques temps d’adaptation et de persévérance, tu obtiens de très bons résultats. L’avantage énorme de cette lentille est la forte réduction de la profondeur de champs et donc l’obtention de flous assez sympathiques en arrière plan des bestioles photographiées.

    Après, je recadre mes photos afin de zoomer sur la partie intéressante ou bien les rendre un peu plus agréables à regarder. Je n’opère généralement aucun traitement.

    Sinon j’ai aussi un reflex, mais je ne l’utilise généralement pas en macro, car je n’ai pas l’objectif nécessaire pour espérer obtenir de jolies photos. Je compte m’équiper prochainement d’un 60mm f2.8. C’est le minimum syndical quand on souhaite de la macro au reflex.

Commenter

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Soutenir par un don